l'amitié sincère du monde entier
bonjour
bienvenue dans notre forum de l amitié , prenez le temps de vous inscrire et discuter avec nous ..L'amitié négligée est comme un feu de foyer dans lequel on oublie d'ajouter des bûches. Peu à peu, il s'éteint....L'amitié est comme un jardin, il faut le cultiver pour y faire pousser de belles fleurs..

l'amitié sincère du monde entier

amitié entre femme
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Psychisme : la ménopause agit sur le moral

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Psychisme : la ménopause agit sur le moral    Sam 8 Sep - 6:15

Ménopause, les hormones changent, le psychisme aussi...



  • Au début de la ménopause, les ovaires fabriquent moins d'hormone progestérone, et continuent à fabriquer des hormones estrogènes. La balance entre ces deux hormones, en faveur des estrogènes, stimule l'excitation. D'où une certaine nervosité et des difficultés de sommeil très fréquentes en période de préménopause.
  • Par la suite, les estrogènes diminuent et la balance se fait en faveur de la progestérone.
    Elle donne une fatigabilité augmentée, et plus d'envies de dormir, et
    parfois un sentiment de légère déprime, avec par exemple des envies de
    pleurer plus fréquentes.
  • Le désir évolue. Chez les femmes, la testostérone est
    une hormone produite pour les ovaires. Elle diminue au fil de la vie,
    comme chez les hommes, dès l'âge de 30 ans environ. À la cinquantaine,
    elle est donc plus basse qu'auparavant. Ce n'est pas spécifiquement lié à
    la ménopause puisque c'est un processus progressif. Mais ajouté aux changements de la ménopause,
    cela peut se révéler gênant. Pour d'autres femmes, le désir persiste,
    très nettement, voire augmente ! Avez-vous remarqué que quelques poils
    peuvent pousser à la ménopause ? S'ils ne sont guère esthétiques, ils sont le témoin d'une bonne imprégnation en testostérone. Alors, si vous connaissez cet inconvénient, épilez-les et réjouissez-vous de conserver votre désir !
  • La fertilité cesse. S'il s'agit d'un soulagement pour certaines femmes, pour d'autres, c'est une perte importante...
La ménopause et le temps qui passe...



  • La ménopause se produit lors de la crise du milieu de la vie. La ménopause
    correspond à un âge de bilans. C'est cette fameuse crise du milieu de
    la vie, observée dans tous les milieux, dans tous les pays du monde,
    chez les hommes comme chez les femmes. Elle se traduit souvent par un
    moment de quasi dépression qui dure quelques années. Ce moment n'est pas
    spécifiquement dû aux changements hormonaux de la ménopause
    puisqu'il existe aussi chez l'homme. Il correspond à un moment où l'on
    se demande si l'on a réussi sa vie, et ce que l'on peut faire pour
    l'améliorer. Et l'on sent la pression du temps qui passe. C'est le
    moment où la vie devant soi est peut-être plus courte que le temps de
    vie passée... Autant d'éléments potentiellement perturbateurs de moral !
  • Le
    corps change. Chez de nombreuses femmes la séduction physique est un
    facteur important de bien-être. Ou tout du moins le sentiment de
    séduction possible. À 50 ans,
    le corps change et commence à donner des signes de vieillissement.
    Difficile à accepter de la part de très belles femmes, ou de femmes qui
    ont beaucoup misé sur leur physique. Elles peuvent se sentir dépossédées
    d'un atout qui agissait beaucoup sur leur estime d'elles-mêmes.
  • Le
    plaisir de laisser la séduction derrière soi ! Pour d'autres femmes, se
    dire « Enfin, je n'ai plus besoin de séduire » peut être une révélation
    et une libération. Prisonnières dans les clichés de la femme belle et
    séductrice, ces femmes s'épanouissent à ce moment !
  • Les enfants
    grandissent. Les filles sont de jeunes et belles filles, et comme les
    garçons, elles sont à l'âge des amours. Cette confrontation à la
    séduction et la sexualité des enfants peut mettre le doigt sur ce temps
    qui passe et se révéler difficile. La place dans la société, pour une femme ménopausée, n'est plus celle d'une jeune femme.
  • La peur
    de la mort. Les changements du corps sont le témoin du temps qui
    passe, et donc de la vieillesse à venir. Les angoisses de mort peuvent
    apparaître.
La ménopause et les changements familiaux


  • Les
    enfants s'envolent. Ils s'en vont vivre leur vie. C'est le possible
    syndrome du nid vide. Une femme qui a basé sa vie sur son rôle de mère
    peut se sentir arriver dans le vide. Et ressentir l'angoisse de ne plus
    servir à rien.
  • Le mari part à la retraite. La ménopause
    moyenne est à 50 ans. Le conjoint ayant souvent quelques années de
    plus, commence à penser à sa retraite. L'achèvement d'un cycle de vie
    s'annonce, qui peut révéler des angoisses.
  • Les parents deviennent très âgés. C'est souvent un poids que de s'en occuper, de les soigner, ou simplement douloureux de les voir vieillir et devenir dépendants.
Faut-il
déménager ? Les enfants partis, faut-il garder notre logement, sachant
que les revenus de la retraite sont moins élevés qu'en cours
d'activité ? Cette question peut, par elle-même se révéler difficile à
poser. Et la réponse est difficile. Changer de quartier,
d'environnement, peut déstabiliser à un moment de la vie déjà difficile
par ailleurs.
La ménopause et les changements sexuels du mari

Si le conjoint ne vit pas la ménopause, il prend aussi des années, et il en a souvent quelques-unes en plus. Même si les hommes
ne connaissent pas le changement brutal des hormones, le vieillissement
peut leur faire peur. Et la femme est en première ligne pour encaisser
les angoisses de monsieur, parfois supérieures aux siennes. Le corps
répond moins, l'érection devient moins rapide et moins complète. Cela
peut perturber un homme auparavant bien dans sa peau et entraîner des
difficultés de couple. La femme peut avoir peur de ne plus plaire et ne pas savoir comment réagir pour aider son homme...
Alors, comment réagir ?
Savoir ce qui se passe et le comprendre permet de prendre de la distance par rapport aux signes de la ménopause.
Le
dialogue de couple est essentiel à cette période de la vie. Si une
femme s'exprime sur son irritabilité, si son conjoint en parle avec
elle, s'ils font preuve d'humour et d'indulgence l'un envers l'autre,
c'est gagné.
Accepter de s'adapter aux changements du corps est indispensable pour continuer à vivre heureuse.
Et l'on sait que l'âge où le bonheur est le plus élevé se situe après la ménopause, aux alentours des 60 ans. Comme quoi, vieillir a aussi du bon..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Psychisme : la ménopause agit sur le moral    Sam 8 Sep - 6:17

Ménopause : questions de poids

Question poids, à la ménopause, tout est possible. Certaines femmes grossissent beaucoup ou un peu seulement, d'autres pas du tout. Mais en moyenne, durant les 4 à 5 premières années de ménopause, les femmes prennent 500 g par an. Quelques conseils pour lutter dès le début contre l'embonpoint et la prise de poids.
Les grands bouleversements de la ménopause n'épargnent pas l'appétit, ni la silhouette. Très souvent, les femmes prennent du poids. La moyenne est de 500 g par an pendant 4 à 5 ans.
Mais certaines femmes prendront 1,5 kg par an, tandis que d'autres pas
du tout. Autrement dit, les femmes ne sont pas égales et il existe des
prédispositions à la prise de poids.
Quels sont les facteurs de risque à la prise de poids au moment de la ménopause ?

De nombreux facteurs ont été identifiés :

  • Les femmes déjà en surpoids avant la ménopause.
  • Les femmes ayant pris beaucoup de poids pendant leur grossesse.
  • Lorsqu'un membre de la famille est en surpoids.
  • En cas d'antécédent familial de diabète de type 2.
Une femme ménopausée
qui présente un de ces facteurs de risque ou, à plus forte raison,
plusieurs de ces facteurs de risque, doit surveiller attentivement son poids et faire très attention. En cas de prise de poids très rapide (en quelques mois) il est nécessaire de modifier son mode de vie
et surtout la façon de s'alimenter. Si cela ne suffit pas à stopper
cette tendance, il est urgent d'en parler à son médecin, voire de
demander les conseils d'un nutritionniste. Attention aussi de ne pas
négliger les facteurs psychologiques qui peuvent indépendamment
influencer la prise de poids : départ d'un enfant du foyer, retraite….
Pourquoi la ménopause s'accompagne d'une tendance à la prise de poids ?

Avec
l'avancée en âge, le métabolisme de base se ralentit, c'est-à-dire que
l'organisme consomme globalement moins d'énergie. Si les apports
caloriques ne diminuent pas, l'organisme se retrouve obligé de stocker
le surplus, tandis que la masse maigre (les muscles) tend à chuter au
profit de la masse grasse. Mais cette raison n'est pas suffisante pour
expliquer la prise de poids dans les années qui suivent la ménopause.
Il
existe aussi une explication hormonale directement attribuable à la
carence en oestrogènes. L'arrêt de la sécrétion en oestrogène
s'accompagne d'une modification de l'appétit d'une part
et d'un changement dans la répartition des graisses : les graisses qui
étaient davantage localisées au niveau des cuisses et des fesses,
viennent progressivement s'installer préférentiellement sur le ventre.
La conséquence n'est pas uniquement esthétique, car la graisse
abdominale est un facteur de risque cardiovasculaire aujourd'hui connu.
Les femmes qui prennent un traitement hormonal substitutif de la ménopause (THS) peuvent éventuellement échapper à cette nouvelle répartition des graisses.
Conseils aux femmes ménopausées pour ne pas prendre de poids

Le premier conseil est de bouger plus afin d'augmenter ses dépenses énergétiques : pratiquer une activité physique régulière, voire simplement marcher mais très souvent.
Les autres conseils sont nutritionnels :

  • Privilégier
    les légumes et les féculents. Peu caloriques, ils aident à satisfaire
    l'appétit et diminuent les envies de grignoter. Manger du poisson et de
    la viande maigre pour maintenir la masse musculaire.
  • Privilégier les aliments riches en oméga-3 : poissons gras (sardines, saumon…), huile de colza, huile de noix...
  • Diminuer les sources d'oméga-6 et d'acides gras trans : produits industriels, friture, panure, viennoiseries…...
  • Privilégier les desserts peu gras : yaourt nature sucré avec une cuillère de miel ou de confiture, salade de fruits…...
  • Collation dans l'après-midi si nécessaire mais ne pas grignoter.
Revenir en haut Aller en bas
 
Psychisme : la ménopause agit sur le moral
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pas le moral
» Moral à terre
» ma fille réagit mal aux enfants de la garderie
» Ménopause
» Pas trop le moral ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
l'amitié sincère du monde entier :: Femmes et psychologie-
Sauter vers: