l'amitié sincère du monde entier
bonjour
bienvenue dans notre forum de l amitié , prenez le temps de vous inscrire et discuter avec nous ..L'amitié négligée est comme un feu de foyer dans lequel on oublie d'ajouter des bûches. Peu à peu, il s'éteint....L'amitié est comme un jardin, il faut le cultiver pour y faire pousser de belles fleurs..

l'amitié sincère du monde entier

amitié entre femme
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le bas-Rhin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le bas-Rhin   Mar 1 Juin - 20:35

Château du Haut-Kœnigsbourg



Le Haut-Kœnigsbourg est un château médiéval qui se situe dans la commune française d'Orschwiller dans le département du Bas-Rhin en Alsace.

Le nom actuel du château, Haut-Kœnigsbourg, est le résultat de l'adaptation du nom allemand Hohkönigsburg qui se traduit par « haut-château du roi ».

Situation géographique

Le château est situé à une altitude de 757 mètres, à 12 km à l'Ouest de Sélestat dont il est visible de la ville, 26 km au Nord de Colmar et 55 km au Sud de Strasbourg.

Historique

Les Hohenstauffen

En 774, Charlemagne fait don du Stophanberch ou Staufenberg, (nom de la montagne où le Haut-Kœnigsbourg fut construit) et des terres attenantes au prieuré de Lièpvre dépendante de celle de Saint-Denis.

En 1079 Frédéric de Hohenstaufen est nommé duc de Souabe par l'empereur Henri IV. Il fait construire le château Stauf sur le mont Hohenstaufen près de Göppingen, d'où le nom de la famille.

Afin de renforcer son pouvoir en Alsace, il crée une ligne de défense et pour cela, il fait construire de nombreux châteaux et, certains d'entre eux sur des terres qui ne lui appartiennent pas. On dit de lui qu'il a constamment un château accroché à la queue de son cheval. Il fait ainsi construire en toute illégalité le château du Haut-Kœnigsbourg sur les terres confiées aux moines de l'abbaye de Lièpvre.

En 1147, Eudes de Deuil, moine de Saint-Denis presse Louis VII d'intervenir auprès du roi Conrad III de Hohenstaufen afin de réparer cette injustice. C'est la première mention du château dans un document écrit. À cette date, le site comportait déjà deux tours permettant de surveiller la route d'Alsace du nord au sud, l'une appartenant à Conrad III, l'autre à son neveu Frédéric de Hohenstaufen dit Barberousse, futur empereur du Saint Empire romain germanique. Le nom de Königsburg (château du roi) apparaît dès 1192.

Les ducs de Lorraine

Dans la première moitié du XIIIe siècle, profitant de l'affaiblissement des Hohenstaufen, les ducs de Lorraine prennent possession du château. Celui-ci est confié aux sires de Rathsamhausen puis aux Hohenstein qui y règnent jusqu'au XVe siècle.

Devenu un repère de chevaliers brigands, le château est conquis et incendié en 1462 par une coalition regroupant les villes de Colmar, Strasbourg et Bâle, fortes de 500 hommes et de pièces d'artillerie.

Les Tierstein

Les restes du Haut-Koenigsbourg sont alors confiés à la famille des Thierstein en 1479, qui le reconstruisent et améliorent ses défenses en l'adaptant à l'artillerie.

Ils font bâtir, sur le côté ouest, un bastion formé de deux tours d'artillerie et d'un mur bouclier dotés de murs puissants. La basse cour est protégée par deux tours en fer à cheval et des courtines avec des murs épais. Le château est entouré d'un premier mur de protection afin de gêner la mise en batterie de l'artillerie ennemie.

En 1517, le dernier des Thierstein, croulant sous les dettes, s'éteint. La famille n'ayant pas de descendance, Maximilien Ier reprend possession du château. Ni l'empereur ni les propriétaires successifs ne feront face aux coûts d'entretien, d'autant que le premier ne finance pas les seconds pour ces réalisations. C'est cependant à cette époque que sera réalisé le bastion en étoile à l'est du château.

La destruction

En 1633, la guerre de Trente Ans opposant les Suédois à l'Autriche, l'Alsace est ravagée. En juillet, les Suédois assiègent le Haut-Kœnigsbourg qui n'est plus qu'une forteresse délabrée. Forts de canons et de mortiers, ils prennent le château après cinquante-deux jours de siège. Peu de temps après, la forteresse est détruite par un incendie. Le château est alors laissé à l'abandon.

La commune de Sélestat

Classé monument historique[1] en 1862, le site est racheté trois ans plus tard à divers propriétaires fonciers par la commune de Sélestat qui n'a su qu’en faire.

Le cadeau au Kaiser

Depuis 1871 et le traité de Francfort, l'Alsace est devenue allemande. Le 4 mai 1899, le château, alors en ruine, et les terres l'entourant sont offerts par la ville de Sélestat à l'empereur allemand Guillaume II qui souhaite y créer une sorte d'éco-musée vantant les qualités de la période médiévale de l'Alsace et, plus généralement, du monde germanique. La municipalité se garde la centaine d’hectares de forêt, économiquement rentables.

La direction de la restauration de ce château fort est confiée en 1900 à Bodo Ebhardt, architecte et archéologue berlinois âgé de 34 ans. Il commence par le déblaiement du site et les relevés des anciennes constructions. La restauration s'étalera de 1901 à 1908. L'objectif de Bodo Ebhardt est de le restaurer tel qu'il se présentait à la veille de la guerre de Trente Ans mais, manquant de sources, il doit improviser sur de nombreuses parties du château, accentuant même dès que possible les éléments les plus pittoresques et répondant au goût du Kaiser, s'éloignant ainsi de la fidélité historique de la reconstitut

Aujourd'hui

Ce monument historique bénéficie aujourd'hui d'une très forte fréquentation touristique. Le blason de Guillaume II est toujours visible au sein du château. Il reste ainsi un des symboles en Alsace de la présence allemande entre 1871 et 1918, partagé entre la restauration majoritairement crédible de l'architecte et la vision romantique du Moyen Âge de Guillaume II.

Les ruines du château ont été classées dès 1862, les parties restituées du château et le domaine national sur lequel il est implanté n'étant protégés que par un arrêté de classement depuis le 11 février 1993. Appartenant à l'État français depuis 1919, le château Haut-Kœnigsbourg fut transféré par l'État au conseil général du Bas-Rhin en janvier 2007. Ce transfert fut le premier bien patrimonial transféré par l'État à une structure décentralisée parmi une liste de 176 biens transférables arrêtée en 2004.

Le château du Haut-Kœnigsbourg est l'un des sites touristiques les plus visités en France, avec près de 500 000 visiteurs par an. Il domine la plaine rhénane.

En 1936, il fut l'un des nombreux lieux de tournage pour le film La Grande Illusion de Jean Renoir.


Dernière édition par monia le Dim 28 Nov - 7:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le bas-Rhin   Mar 1 Juin - 20:51







Dernière édition par monia le Dim 28 Nov - 7:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le bas-Rhin   Mar 1 Juin - 20:53







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le bas-Rhin   Mar 1 Juin - 20:54





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le bas-Rhin   Mar 1 Juin - 20:56







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le bas-Rhin   Mar 1 Juin - 21:05

Le château du Haut-Barr (en allemand Hohbarr) est un chateau médiéval en ruines situé sur la commune française de Saverne, dans le département du Bas-Rhin.
Il fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques[1] depuis octobre 1874.

Situation

Le château est érigé sur une imposante barre de grès composée de trois rochers ; il possède les caractéristiques d'un château-barre. Sa position permet un contrôle sur les Vosges du Nord.

Accès

Depuis Saverne, suivre la RN 4 puis la D 171.

Histoire

Edifié en 1170, il est transformé et restauré au XIVe siècle. La première partie du château est construite au début du XIIe siècle, en grès, à 458 mètres d'altitude. Il est érigé pour surveiller la vallée de la Zorn et la plaine d'Alsace par les évêques de Srasbourg. C'est ainsi qu'il est surnommé " l'œil de l'Alsace " par les Strasbourgeois. Le prince-électeur de Westphalie ordonne la destruction de plusieurs châteaux dont il fait partie, mais durant la guerre de Succession d'Espagne, les soldats décident de réintégrer la forteresse. Le château est abandonné vers 1770, mais il continue à être occupé jusqu'à la Révolution française.

Elements d'architecture

La chapelle castrale se compose d'une nef romane et d'un chœur gothique avec oriel. De nombreux autres vestiges tels que la tour d'artillerie, ses embrasures de tir, ses fenêtres à pilastres sont intéressants.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le bas-Rhin   Mar 1 Juin - 21:38

Le château de Lichtenberg se situe dans la commune française de Lichtenberg et le département du Bas-Rhin.
Il fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques[1] depuis mai 1878.



Le château, une forteresse imposante à la hauteur des ambitions des Hanau-Lichtenberg, se distingue des autres châteaux des Vosges du Nord par son histoire longue de sept siècles, l'importance de ses vestiges et la qualité exceptionnelle de son environnement paysager.

Au tout début du XIIIe siècle, un imposant donjon domine déjà les Vosges du Nord environnantes. Vers la fin du XVIe siècle, ses nouveaux propriétaires, les comtes de Hanau-Lichtenberg, font transformer leur château en une puissante place-forte par des architectes renommés. Parmi eux, Daniel Specklin, architecte de la ville de Strasbourg.

Non contents des indispensables travaux de fortification, les Hanau-Lichtenberg s'attachent à faire entrer dans leur demeure les décors somptueux de l'Art Renaissant. Fenêtres en oculus à la manière italienne, pilastres cannelés, frontons, volutes et cariatides viennent orner les imposantes façades de grès rose. Un siècle plus tard, en octobre 1678, après un siège de huit jours effectué par les troupes françaises, la forteresse capitule. Désormais place royale, elle est intégrée dans la ligne de défense de la frontière nord-est du royaume de France, et ce jusqu'au siège suivant. Au soir du 9 août 1870, la forteresse tombe sous le feu de l'artillerie wurtembergeoise, après une résistance de trois jours. Un gigantesque incendie la réduit à l'état de ruine.

Depuis 1993, un ambitieux projet de restauration et de mise en valeur culturelle est engagé avec salles de conférences et de spectacles, d'expositions temporaires, un théâtre de plein air, un service pédagogique. Le Pavillon des Dames vient d'être terminé.



Revenir en haut Aller en bas
sissie
Admin
Admin
avatar

Messages : 4676
Date de naissance : 11/11/1966
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 50

MessageSujet: le bas-rrhin   Mar 1 Juin - 22:07

tres jolies monia ces articles et ses photos sur l'alsace c'est tellement joli que j'ai envie de venir vous rendre visite,Sleep beaucoup d'avoir mis ces photos. :drunken:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le bas-Rhin   Mer 12 Jan - 20:59

Revenir en haut Aller en bas
sissie
Admin
Admin
avatar

Messages : 4676
Date de naissance : 11/11/1966
Date d'inscription : 01/08/2009
Age : 50

MessageSujet: Re: Le bas-Rhin   Ven 14 Jan - 4:20

merci pour tous ces renseignements
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bas-Rhin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bas-Rhin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES REMORQUEURS FRANÇAIS DEPUIS LA SECONDE GUERRE MONDIALE SUR LE RHIN
» [67] Bas-Rhin
» FMR - Forces Maritimes du Rhin - Stagiaires pilotes du Génie
» Courriers de la CPAM du Haut-Rhin
» FORCES MARITIMES DU RHIN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
l'amitié sincère du monde entier :: L'Alsace-
Sauter vers: